Faites votre  »Test du stress »

juillet 13th, 2011

Ce test, préparé par des psychiatres, se base sur le fait que beaucoup d’événements
(malheureux, neutre, ou même heureux) contribuent au stress.
Pensez aux événements qui se sont produits dans votre vie depuis un an et
notez, dans la colonne de droite, les points que chacun représente.

Si le résultat vous inquiète, réagissez…
 

ÉVÉMENENT                                                                                    VOS POINTS

1. Décès d’un conjoint………………………………………………….        100 __________
2. Divorce…………………………………………………………………….           73 __________
3. Séparation conjugale …………………………………………………      65 __________
4. Emprisonnement ……………………………………………………….      63 __________
5. Décès d’un proche parent …………………………………………..     63 __________
6. Blessure ou maladie personnelle ……………………………..     .52 __________
7. Mariage ……………………………………………………………………          51 __________
8. Congédiement…………………………………………………………..        47 __________
9. Réconciliation conjugale……………………………………………..     45 __________
11. Maladie d’un membre de la famille…………………………….   44 __________
12. Grossesse………………………………………………………………..     40 __________
13. Difficultés sexuelles……………………………………………………   39 __________
14. Accroissement de la famille………………………………………..  39 __________
15. Réadaptation professionnelle…………………………………….. 38 __________
16. Changement dans les revenus…………………………………… 38 __________
17. Décès d’un ami intime………………………………………………..  37 __________
18. Changement d’orientation professionnelle ……………….. 36 __________
19. Changement dans le nombre des discussions avec
le conjoint …………………………………………………………………           35 __________
20. Hypothèque de plus de 200 000 $ ………………………………31 __________
21. Saisie, hypothèque ou emprunt……………………………………30 __________
22. Changement dans les responsabilités professionnelles….. 29 __________
23. Départ du foyer d’un fils ou d’une fille ………………………….. 29 __________
24. Difficultés avec belle-famille………………………………………..   29 __________
25. Haut fait personnel …………………………………………………….    28 __________
26. L’épouse entre sur le marché du travail ou abandonne
son emploi………………………………………………………………..             26 __________
27. Entrée à l’école ou sortie de l’école……………………………… 26 __________
28. Changement dans les conditions d’existence ………………25 __________
29. Révision d’habitudes personnelles………………………………. 24 __________
30. Difficulté avec le patron………………………………………………     23 __________
31. Changement dans les heures ou dans les conditions
de travail…………………………………………………………………..              20 __________
32. Déménagement…………………………………………………………    20 __________
33. Changement d’école ………………………………………………….   20 __________
34. Changement de loisirs………………………………………………..  19 __________
35. Changement des pratiques religieuses …………………….. 19 __________
36. Changement d’activités sociales …………………………………19 __________
37. Hypothèque ou emprunt inférieurs à 200 000 $ …………..17 __________
38. Changement des habitudes de sommeil …………………….16 __________
39. Changement dans le nombre de réunions de famille …15 __________
40. Changement d’habitudes alimentaires ……………………….15 __________
41. Vacances …………………………………………………………………      13 __________
42. Noël…………………………………………………………………………       12 __________
43. Infractions mineures à la loi………………………………………… 11 __________

TOTAL : ___________

Si vous avez moins de 150 points, vous n’avez probablement aucun problème.

De 150 à 199, peut-être avez-vous de légers risques que le stress vous affecte physiquement.
De 200 à 299, vous avez un problème «moyen» et une chance sur deux que votre santé en soit affectée. Si vous avez plus de 300 points, votre bien-être risque fort d’être affecté.
 

Suzanne Rudolphe, psychosociologue

www.psychoweb.ca

La gestion du stress

janvier 5th, 2010

"Les hommes pratiquent le stress comme si c’était un sport." 

  –  Madeleine Ferron

Vous pouvez vous programmer à interpréter autrement vos perceptions et ainsi diminuer le stress dans votre vie. Pour ce faire, il vous faut vous détacher de vos réactions réflexes, celles qui vous viennent sans même y penser, le temps de choisir une nouvelle réaction qui vous semble plus appropriée.

Pour prendre ce recul salutaire, voici quelques questions qui vous aideront à regarder la situation sous un nouvel angle. Au moment d’y répondre, augmenter votre sentiment de détachement en imaginant qu’il s’agit de la situation de quelqu’un d’autre plutôt que la vôtre.

Maintenant que vous êtes dans un état d’esprit qui facilite une certaine distance avec les événements, prenez quelques minutes pour répondre à ces questions. C’est un investissement qui vous évitera bien des ennuis et tensions !

1. Quels sont les faits perçus qui décrivent et influencent la situation à laquelle vous faites face ? Reformulez-les jusqu’à ce qu’ils soient exempts de toute interprétation.

2. Quelle était jusqu’à maintenant vos interprétations de ces faits et vos prévisions des conséquences possibles ?

3. Quelles ont été jusqu’à maintenant vos réactions en réponse à ces interprétations ?

4. Quelles autres façons existent-elles d’interpréter ces faits ? Listez-en au moins 5. Pour vous aider, pensez à des gens dont vous admirez la présence d’esprit et demandez-vous comment chacun interprèterait ces faits, selon leur regard unique sur le monde.

5. Dans le contexte actuel, quel résultat aimeriez-vous obtenir ? Quelle est l’issue souhaitée ?

6. Laquelle des nouvelles interprétations listées vous semble la plus positive et constructive ? Pour la distinguer, il vous suffit d’identifier celle qui a le plus de chance de vous rapprocher de votre but. Formulez une phrase inspirante à vous répéter chaque fois que vous aurez besoin d’influencer vos pensées vers cette direction.

7. À la lumière de cette réflexion, comment aimeriez-vous répondre dorénavant en remplacement de vos anciennes réactions-réflexes ? Quelles actions seraient plus appropriées pour construire ce que vous avez choisi d’atteindre ?

Après cet important recul, votre niveau de stress est probablement déjà réduit par rapport à ce qu’il était il y a à peine quelques minutes. Vous avez gagné plus de pouvoir sur la situation puisque vous n’êtes plus en mode réactif. Vous choisissez vos actions en toute conscience. Maintenant, identifiez le premier geste à poser pour concrétiser vos choix et faites-le.

Commencez l’année en beauté!

Votre coach et psy, Suzanne :o)

 

 

Pourquoi se décourager?

novembre 30th, 2008

 Un jour, en rentrant du travail, je me suis arrêté au parc, tout près de chez moi, pour regarder un match de baseball où s’affrontaient les jeunes joueurs d’une ligue locale. En m’essayant sur le banc près du premier but, je me suis informé du score auprès de l’un des garçons.
«On perd 14 à zéro», me répond-il avec un sourire.
«Ah bon! Pourtant, vous ne semblez pas découragés», lui dis-je.
«Découragés? fait-il l’air surpris. Pourquoi? On est pas encore allés au bâton.»

– Jack Canfield
 
Le découragement nous affecte tous à différents moments de notre vie et pour diverses raisons. 
Certaines émotions favorisent et font de la place au découragement.
Lorsque vous êtes fatigué et que vous ressentez de la lassitude, les choses nous paraissent toujours pires qu’elles ne le sont en réalités. Cela ce produit souvent lorsque vous avez travaillé fort pour un projet et qu’il vous reste que la moitié du chemin à faire.
Le sentiment d’abattement et de frustration de se sentir submergés, de ne pouvoir arriver à tout faire à temps ou celui d’être incapable de se rétablir financièrement.
Comment réagissez-vous lorsque vous faites place à un obstacle ou à l’échec? Quand vous avez beaucoup travaillé pour un objectif et qu’il ne fonctionne pas? Prenez-vous la responsabilité de vos actions? Vous relevez-vous pour continuer avec un nouveau plan d’action après une analyse de la situation?
 Pour finir, la peur, cette démone insidieuse et destructrice. La peur d’échouer, la peur de ce que vont penser les autres, la peur de la perte……….
Petits conseils : Arrêtez-vous et reposez-vous! Vous aurez les idées plus claires en prenant un recul. Parfois, quelques heures de relaxation ou à se faire plaisir suffisent à nous donner un nouveau souffle! Revoyez votre organisation de travail et votre gestion de temps régulièrement, cela peut vous aider grandement.
Pensez toujours « Un pas à la fois », soyez patient et persévérant!
 

Les stress de Noël

novembre 23rd, 2008

 

Noël n’est pas pour tous l’occasion de festoyer et de se retrouver entouré des gens que l’on aime. Pour certains, c’est une période très stressante qui occasionne beaucoup de mélancolie. Je pense aux gens sans emploi, aux gens seuls, aux personnes malades et à ceux qui vivent un deuil (décès, séparation,etc.).

L’argent est un facteur de stress important à Noël. Les gens s’endettent pour pouvoir offrir des cadeaux à leurs enfants et à leurs proches. Certains paient durant toute l’année leurs achats des fêtes. Les enfants ont souvent des attentes élevées..Causées par leurs parents, qui sont pleins de bonnes intentions. Pourquoi ne pas offrir un cadeau fait maison? Inculquer aux enfants le don de soi et du partage, les vraies valeurs de Noël, n’est-il pas préférable et garant de bonheur que des cadeaux achetés à crédit?

Organiser une réception est pour certain stressant et couteux. On désire que tout soit parfait, on fait beaucoup de ménage avant, on passe notre temps à la cuisine, on désire que tous s’amusent et…on stress tellement que l’on ne s’amuse pas du tout durant la soirée et on a même hâte qu’elle finisse! L’important n’est-il pas d’être ensemble? La réussite d’une soirée tient dans la qualité des relations interpersonnelles, alors, amusez-vous! Les fêtes sont faites pour avoir du plaisir!

Ceux qui ont un déplacement à faire pour rendre visite à la famille font face à la mauvaise température, les routes glissantes, le trafic sur les routes, la fatigue du voyage, etc. On part souvent déjà fatigué d’avoir tant couru! On court pour partir, on court pour arriver, on court pour repartir et on court pour arriver! Les vacances sont faites pour avoir du plaisir et se reposer. Apprécier le moment présent et prendre le temps de vous reposer vous fera apprécier vos vacances et vous évitera beaucoup de stress inutile.

Les conflits familiaux sont sources de grand stress. La rancune et le ressentiment sont stressants en soi et peuvent même causer des maladies et des malaises physiques autant que psychologiques. Pourquoi ne pas essayer de se réconcilier, de pardonner et commencer l’année en beauté? Noël est une période propice a l’amour et au partage. C’est le plus beau cadeau que vous puissiez vous faire et faire aux autres! Mettre son orgueil de côté est un geste humble et altruisme, digne des plus grands.

Vous avez un membre de votre famille qui prend trop d’alcool et cela vous stresse? Cela vous arrive à l’occasion et vous regrettez le lendemain? L’excès d’alcool durant le temps des fêtes est la cause de la plupart des conflits, des accidents mortels, suicides et meurtres. Les personnes ivres ont souvent un comportement désagréable en plus de stresser les autres. Prendre un verre est agréable, mais l’excès tue la fête! Soyez raisonnable, vous vous amuserez plus et les gens que vous aimez aussi!

 

Stress au travail? Protégez-vous de la dépression.

septembre 28th, 2008
Voici quelques-uns des facteurs de stress professionnels :                           
CONTENU DU TRAVAIL : responsabilité, surcharge de travail, travail routinier et non valorisant, travail physique ardu, travail mentalement pénible, etc.                                                                                             
DIFFICULTÉS RELATIONNELLES : avec la hiérarchie, avec les collègues, avec les clients ou le public, avec ses employés ou le personnel sous sa responsabilité,etc.                                                                         
RELIÉ À L’INDIVIDU : absence de motivation et d’intérêt, manque de valorisation, salaire insatisfaisant, endettement, frustrations psychologiques, poste demandant moins de compétences ou plus de compétences que celles de l’individu, etc.
                                                                                                                                 
   Selon une étude de statistique Canada de 2002:

– 1 travailleur sur 4 est insatisfait de son travail parmi ceux qui considèrent leur travail comme extrêmement stressant.

– 1 travailleur sur 15 était insatisfait de son travail parmi ceux qui considèrent leur emploi comme n’étant pas stressant.

Une des conséquences de l’insatisfaction au travail est le taux d’absentéisme au travail. Les travailleurs insatisfaits prennent trois fois plus de journées de maladie que les autres.
Aussi, les hommes et les femmes qui vivent de la pression et du stress au travail ont respectivement de 2,5 fois et 1,6 fois plus de possibilités de vivre une période de dépression que ceux ayant un niveau de stress acceptable.
J’ai remarqué en consultation que les causes d’épisodes de dépression reliés au travail ne sont pas les mêmes pour les hommes, que pour les femmes. En général, pour mes clients, la pression et la surcharge de travail sont la cause de leur épisode de dépression, tandis que chez mes clientes, le stress personnel quotidien et la mésentente ou le manque de soutien entre collègue ou avec les supérieurs sont des facteurs qui reviennent souvent.
                                                                                                                                     
   De plus, j’ai répertorié les manifestations de stress perçu chez mes clients et clientes :
                                                                                                                                                                          – Troubles du sommeil : insomnies avec somnifères, réveils précoces, difficultés d’endormissements, mauvais sommeil, cauchemars;

– Dermatoses;                                                                                         

– Troubles digestifs;                                                                                        

– Variation de poids;                                                                         

– Troubles de la vie affective;

– Anxiété;

– Palpitations;                                                                                          

– Fatigue chronique;                                                                                   

– Chutes tensionnelles;

– Dépression nerveuse;

– Tachycardie;

– Tendus, impatient;

– Frustration due au manque de communication et au refoulement des émotions;

– Manque de joie de vivre.

Ma formation ainsi que mon expérience me donne les compétences adéquates pour vous aider à faire face et à résoudre vos difficultés professionnelles.

Contactez-moi sur www.psychoweb.ca et il me fera plaisir de vous aider en consultation de façon personnalisée.

www.psychoweb.ca

www.psychoweb.ca

 

Mes services
Suzanne Rudolphe
Psychosociologue,
coach et formatrice.

Propriétaire du site
PsychoWeb.ca
- Consultation psychologique en ligne
- Consultation conjugale en ligne
- Coaching de vie et carrière
- Formations en ligne