Pourquoi se décourager?

novembre 30th, 2008

 Un jour, en rentrant du travail, je me suis arrêté au parc, tout près de chez moi, pour regarder un match de baseball où s’affrontaient les jeunes joueurs d’une ligue locale. En m’essayant sur le banc près du premier but, je me suis informé du score auprès de l’un des garçons.
«On perd 14 à zéro», me répond-il avec un sourire.
«Ah bon! Pourtant, vous ne semblez pas découragés», lui dis-je.
«Découragés? fait-il l’air surpris. Pourquoi? On est pas encore allés au bâton.»

– Jack Canfield
 
Le découragement nous affecte tous à différents moments de notre vie et pour diverses raisons. 
Certaines émotions favorisent et font de la place au découragement.
Lorsque vous êtes fatigué et que vous ressentez de la lassitude, les choses nous paraissent toujours pires qu’elles ne le sont en réalités. Cela ce produit souvent lorsque vous avez travaillé fort pour un projet et qu’il vous reste que la moitié du chemin à faire.
Le sentiment d’abattement et de frustration de se sentir submergés, de ne pouvoir arriver à tout faire à temps ou celui d’être incapable de se rétablir financièrement.
Comment réagissez-vous lorsque vous faites place à un obstacle ou à l’échec? Quand vous avez beaucoup travaillé pour un objectif et qu’il ne fonctionne pas? Prenez-vous la responsabilité de vos actions? Vous relevez-vous pour continuer avec un nouveau plan d’action après une analyse de la situation?
 Pour finir, la peur, cette démone insidieuse et destructrice. La peur d’échouer, la peur de ce que vont penser les autres, la peur de la perte……….
Petits conseils : Arrêtez-vous et reposez-vous! Vous aurez les idées plus claires en prenant un recul. Parfois, quelques heures de relaxation ou à se faire plaisir suffisent à nous donner un nouveau souffle! Revoyez votre organisation de travail et votre gestion de temps régulièrement, cela peut vous aider grandement.
Pensez toujours « Un pas à la fois », soyez patient et persévérant!
 

11 leçons de vie pour adolescent de Bill Gates

novembre 27th, 2008

BILL GATES a prodigué quelques conseils à des étudiants d’une école secondaire en 2007.

Avis à mes abonnés enseignants et parents d’adolescents : à afficher dans vos classes et dans la chambre de vos ados! J’attends vos commentaires!

Règle 1 : La vie n’est pas juste; il faut vous y faire.

Règle 2 : Le monde se fiche de votre estime personnelle. Le monde s’attendra à ce
                que vous réalisiez quelque chose AVANT que vous ne vous sentiez bien
                dans votre peau.

Règle 3 : Vous ne toucherez pas 40 000 dollars par année immédiatement en
                 sortant de l’école secondaire. Vous ne serez pas vice-président
                 d’entreprise avec un téléphone dans votre voiture avant d’avoir gagné et
                 mérité les deux.

Règle 4 : Si vous pensez que votre professeur est sévère, attendez d’avoir un
                 patron.

Règle 5 : Être plongeur dans un restaurant n’a rien d’humiliant. Vos grands
                 parents utilisaient un terme différent pour décrire ce genre de boulot, ils
                 appelaient cela «s’ouvrir des portes».

Règle 6 : Si vous vous retrouvez dans le pétrin, ce n’est pas la faute de vos
                 parents, alors ne vous plaignez pas de votre sort et tirez-en plutôt les
                 leçons nécessaires.

Règle 7 : Avant votre naissance, vos parents n’étaient pas aussi ennuyeux qu’ils le
                 sont aujourd’hui. Ils sont devenus comme cela à force de payer vos
                 factures, de laver vos sous-vêtements et de vous écouter raconter à quel
                 point vous êtes cool. Alors, avant de penser sauver la forêt équatoriale
                des parasites de la génération de vos parents, essayez de mettre un peu
                d’ordre dans votre propre chambre.
 
Règle 8 : Votre école a peut-être cessé de distinguer les gagnants des perdants,
                 mais pas la vie. Dans certaines écoles, ils ont éliminé la note de passage
                et ils vous donneront autant de chances que vous voulez avant de
                trouver la bonne réponse. Cela n’a absolument RIEN À VOIR avec la vraie
                vie.

Règle 9 : La vie n’est pas divisée en semestres vous n’êtes pas en vacances tout
                 l’été et très peu d’employeurs sont intéressés à vous aider à vous
                 retrouver. Faites cela dans vos temps libres.

Règle 10 : La télévision N’EST PAS représentative de la vraie vie. Dans la vie, en
                   réalité, les gens doivent quitter le restaurant et retourner travailler.
 
Règle 11 : Soyez gentils avec les «nerds». Il y a des chances que vous finissiez par
                   travailler pour l’un d’entre eux.

Je crois que ce texte ne laissera personne indifférent, n’est-ce pas?  Faites-le circuler et connaître!

 

Les stress de Noël

novembre 23rd, 2008

 

Noël n’est pas pour tous l’occasion de festoyer et de se retrouver entouré des gens que l’on aime. Pour certains, c’est une période très stressante qui occasionne beaucoup de mélancolie. Je pense aux gens sans emploi, aux gens seuls, aux personnes malades et à ceux qui vivent un deuil (décès, séparation,etc.).

L’argent est un facteur de stress important à Noël. Les gens s’endettent pour pouvoir offrir des cadeaux à leurs enfants et à leurs proches. Certains paient durant toute l’année leurs achats des fêtes. Les enfants ont souvent des attentes élevées..Causées par leurs parents, qui sont pleins de bonnes intentions. Pourquoi ne pas offrir un cadeau fait maison? Inculquer aux enfants le don de soi et du partage, les vraies valeurs de Noël, n’est-il pas préférable et garant de bonheur que des cadeaux achetés à crédit?

Organiser une réception est pour certain stressant et couteux. On désire que tout soit parfait, on fait beaucoup de ménage avant, on passe notre temps à la cuisine, on désire que tous s’amusent et…on stress tellement que l’on ne s’amuse pas du tout durant la soirée et on a même hâte qu’elle finisse! L’important n’est-il pas d’être ensemble? La réussite d’une soirée tient dans la qualité des relations interpersonnelles, alors, amusez-vous! Les fêtes sont faites pour avoir du plaisir!

Ceux qui ont un déplacement à faire pour rendre visite à la famille font face à la mauvaise température, les routes glissantes, le trafic sur les routes, la fatigue du voyage, etc. On part souvent déjà fatigué d’avoir tant couru! On court pour partir, on court pour arriver, on court pour repartir et on court pour arriver! Les vacances sont faites pour avoir du plaisir et se reposer. Apprécier le moment présent et prendre le temps de vous reposer vous fera apprécier vos vacances et vous évitera beaucoup de stress inutile.

Les conflits familiaux sont sources de grand stress. La rancune et le ressentiment sont stressants en soi et peuvent même causer des maladies et des malaises physiques autant que psychologiques. Pourquoi ne pas essayer de se réconcilier, de pardonner et commencer l’année en beauté? Noël est une période propice a l’amour et au partage. C’est le plus beau cadeau que vous puissiez vous faire et faire aux autres! Mettre son orgueil de côté est un geste humble et altruisme, digne des plus grands.

Vous avez un membre de votre famille qui prend trop d’alcool et cela vous stresse? Cela vous arrive à l’occasion et vous regrettez le lendemain? L’excès d’alcool durant le temps des fêtes est la cause de la plupart des conflits, des accidents mortels, suicides et meurtres. Les personnes ivres ont souvent un comportement désagréable en plus de stresser les autres. Prendre un verre est agréable, mais l’excès tue la fête! Soyez raisonnable, vous vous amuserez plus et les gens que vous aimez aussi!

 

Les réactions physiques de l’amour.

novembre 2nd, 2008

 Pourquoi dit-on : « je ne peux pas le sentir ou c’est une question de chimie! »      

 Dans la période de la passion du couple, qui peut durer en moyenne deux ans, ou lors d’une rencontre amoureuse plaisante, le système limbique du cerveau nous envoie des sensations comparables au « buzz » du  toxicomane.                                                                                                                                                    
 
Situés entre le lobe frontal et le tronc cérébral, les neurones se mettent à produire des endorphines et de la dopamine, cette dernière nous émet des signaux de bonheur, de plaisir et de satisfaction.                                                                    
 
L’endorphine la plus importante est la phénylétilamine qui est produite sous le coup d’une attirance physique et qui agit aussi un peu comme des amphétamines, en réduisant l’appétit et les besoins de sommeil. Elle suscite la bonne humeur, l’euphorie, l’optimisme, l’hyperactivité et enlève les inhibitions. Ses effets sont semblables à certaines drogues.
 
Évidemment, on voudrait tous que cette période dure toujours! Malheureusement, lorsque la période euphorisante de la passion cesse et que l’amour s’installe, parce que la passion n’est pas l’amour (on en reparlera!),  les accros à la phénylétilamine décideront de la fin de leur couple. Ces gens rechercheront toujours les effets euphorisants des débuts et passeront de conquête à conquête sans jamais bâtir de relation durable.
 
Aussi, le baiser passionné (lire le « french kiss »), permet de faire travailler 29 muscles et brûle environ 12 calories.  
 
De plus, faire l’amour et avoir un orgasme engendre une perte de 350 calories en moyenne et fait travailler vos  abdominaux et vos articulations.
 
Alors, pourquoi suivre une diète?  Pensez-y! :o)  ! Les médecins mentionnent que faire l’amour en raison de trois à quatre fois par semaine diminuerait  le risque de crise cardiaque et d’attaque cérébrale.  
 
 Les effets psychologiques sont encore plus intéressants.  L’orgasme permet au cerveau de libérer la dopamine et l’ocytocine, une hormone de bien-être qui a le mérite de faire baisser le niveau de stress en agissant sur l’adrénaline et le glucocorticoïde. L’endorphine permet l’état euphorisant et ses effets s’apparentent à la morphine en plus d’être un antidépresseur naturel. Conjuguée à l’ocytocine, elle possède un effet antidouleur deux cents fois plus puissant que la morphine!
 
Notons que dans le chocolat, il y a une substance qui s’apparente à la phénylétilamine, de là l’expression « je manque d’affection, donc je mange du chocolat! »     
 
 
 
 
Mes services
Suzanne Rudolphe
Psychosociologue,
coach et formatrice.

Propriétaire du site
PsychoWeb.ca
- Consultation psychologique en ligne
- Consultation conjugale en ligne
- Coaching de vie et carrière
- Formations en ligne